Historique du CCSNL

Le congrès de fondation du Conseil central des syndicats nationaux des Laurentides a eu lieu les 19-20 et 21 septembre 1969. Le président élu est alors M. Paul Tourangeau.

Lors de ce premier congrès, la délimitation de la région a, entre autres, été au cours cœur des décisions, le rapatriement du pouvoir financier et coopératif à la population, car déjà, c’est sous le contrôle des gros bonnets tels que les compagnies de finances. On parle de l’exploitation des travailleurs par les compagnies leur offrant à peine le minimum requis pour survivre ainsi que des conditions de travail désuètes. On constate que le taux de chômage est à un niveau très élevé, l’industrie touristique est presque nulle dans la région et le coût de la vie est excessif pour les travailleurs à faible revenu. Déjà, l’action sociale était une préoccupation des militants et militantes de la région des Laurentides.

La rencontre du premier exécutif eut lieu le 6 octobre 1969 et la première assemblée générale du conseil central eut lieu le 22 octobre 1969.

En 1971, le comité exécutif fait une étude sur l’intégration des syndicats de Mont-Laurier au CCSNL;

En 1973, l’assemblée générale du 4 avril demande au gouvernement que le Québec instaure une régie d’état d’assurance-automobile;

En 1977, pour la première fois au Conseil central des syndicats nationaux des Laurentides, un comité ad hoc de la condition féminine est formé. Deux conflits dans la région : Conflit du Syndicat de Whissel en grève depuis 8 mois et le conflit du Syndicat de la Commonwealth Plywood qui dura jusqu’à la fin 1979; plusieurs arrestations de travailleuses et travailleurs.

Depuis, le conseil central, de concert avec le Service d’appui aux mobilisations et à la vie régionale CSN Laurentides, joue un rôle d’appui majeur durant les négociations de convention collective, que celles-ci soient locales, sectorielles ou nationales. De même, lorsque survient un conflit de travail, une grève ou un lock-out, les syndicats et les membres peuvent compter sur nous.

Le conseil central assume une responsabilité de représentation politique des intérêts des travailleuses et travailleurs, membres des syndicats de la région, en siégeant sur divers lieux de décisions régionaux et locaux.

Le conseil central dispense de la formation à ses syndicats sur l’organisation de la vie syndicale, le rôle des comités exécutifs, l’initiation à la santé-sécurité, l’information, la trésorerie, etc.

Pour toutes ces raisons, nous devons travailler toutes et tous ensemble afin d’améliorer nos conditions de vie au travail.